L’aletria, c’est un dessert qui tire son origine au Portugal. Dans tout le pays, il est très célèbre et tout le monde en déguste. Les petits comme les grands. Et à toutes les occasions. Son surnom, c’est les cheveux d’ange au lait.

Même si le Portugal n’est pas si loin de chez nous, c’est un dessert qu’on ne retrouve pas dans nos contrées. Et encore moins du côté d’Ouistreham. Chez nous, dans le Calvados, on a d’autres spécialités…

C’est pour cela, que nous avions envie d’écrire quelques lignes sur ce dessert qui gagne à être connu et qui est encore relativement facile à faire. Comme nous le disons souvent à nos clients, pour bien réussir un plat, ou une recette en général, il faut que vous connaissiez l’histoire du plat. Pourquoi il se prépare comme ça et par qui il était préparé.

Et bien, en réalité, même si nous avons découvert l’aletria au Portugal, ce n’est pas un dessert typiquement portugais. C’est un dessert qui a été « importé » si nous pouvons dire. Il y a longtemps certes, mais importé tout de même. Par les peuples maghrébo-andalous. Le nom lui-même n’est pas celui du dessert, mais des pâtes qui servent à le confectionner.

Cette pâte, elle nous a tout de suite surpris, interpellés. Nous qui sommes des grands gourmands et des connaisseurs de bonne nourriture. La pâte est filiforme et ressemble vraiment à des cheveux d’ange. Mais pour celui qui veut préparer ce dessert, il est tout à fait possible de l’acheter en magasin toute faite, comme un paquet de pâtes normal.

Notre découverte de ce mets portugais

Nous, nous avons découvert ce plat lors de l’un de nos voyages dans la campagne portugaise. Nous faisions la visite de l’arrière-pays, qui est encore plus fascinant que les villes de Lisbonne et de Porto. Est-ce que vous saviez que le Portugal est le pays qui a les plus anciennes frontières terrestres de toute l’Europe. Ça veut dire que depuis des siècles et des siècles, les frontières n’ont pas bougée en raison d’une guerre ou de tractations entre les nobles. C’est pour ça que les Portugais sont vraiment Portugais depuis des générations et que leur culture est ancrée dans le sol comme dans les cœurs. Beaucoup de pays européens, même la France, a encore vu ses frontières bouger durant les 100 dernières années.

De plus, c’est un pays qui a beaucoup commercé et qui a possédé des comptoirs et des colonies. Le Brésil en est le meilleur exemple, et ils ont d’ailleurs gardé le portugais comme langue utilitaire. Mais les Portugais se sont arrêtés à bien d’autres endroits sur le monde au cours des siècles. Macao, Angola et bien d’autres faisaient partie de l’empire colonial. Tout cela leur a amené de nombreuses saveurs et épices qu’on retrouve encore aujourd’hui dans leur cuisine. C’est pour cela que c’est un pays qui nous fascine (parmi d’autres), Sandrine et moi-même.

Aletria

Comment préparer l’aletria ?

L’aletria est un dessert familial qui ne nécessite pas beaucoup d’ingrédients. Il vous faut :

  • 250 g d’aletria (des vermicelles sont possibles)
  • 50 g de sucre
  • 1 litre de lait entier
  • 3 œufs
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 c-à-s de cannelle en poudre pour la déco

Mis à part l’aletria, il est probable que vous ayez déjà tous les ingrédients à la maison. Une des raisons pour laquelle nous aimons particulièrement ce dessert.

En tout, vous aurez besoin de 10 minutes pour le préparer, plus le temps de cuisson des pâtes. Et bien sûr, vous devrez attendre que cela ait refroidi, car c’est un dessert qui se mange froid, ou tout au plus tiède.

La première étape est de porter le lait à ébullition avec le bâton de cannelle. Cela libérera les arômes. Ensuite, il faut verser les pâtes. Si vous avez opté pour de l’aletria, il faudra bien séparer les pâtes du nid pour que leur cuisson soit uniforme. Après, il faut rajouter le sucre et remuer régulièrement pour éviter que cela ne colle dans le fond de la casserole. Après cuisson, vous pouvez incorporer les œufs. Enfin, la poudre de cannelle vient comme décoration une fois que vous avez dressé les assiettes.

Pourquoi aimons-nous autant ce dessert ?

Si nous aimons autant ce dessert, c’est pour plusieurs raisons…

Tout d’abord, la facilité. Même un novice peut le réaliser. Et il est difficile de le rater ou de gâcher le dessert par une mauvaise cuisson ! Quoi de plus simple donc, pour toujours autant se régaler ? Ce n’est pas pour rien que nous en avons mangé plusieurs fois lors de nos voyages au Portugal et qu’à chaque fois nous y avons pris plaisir.

Ensuite, la simplicité de la recette fait qu’il est possible de la décliner d’une multitude de façons. Pour des gastronomes comme nous, qui possédons un restaurant, c’est une vraie bénédiction. D’ailleurs, même au Portugal, la recette varie. Parfois, les gens rajoutent du citron, du beurre ou du sucre vanillé. Cela permet de changer les saveurs. Un jour, nous avons même dégusté une recette avec des fruits secs (des raisins). Il n’y a donc pas vraiment de limites à ce que vous pouvez imaginer et à ce que vous pouvez préparer. L’aletria est, en quelque sorte, une base que l’on peut décliner comme on le souhaite !

De plus, il est tout à fait possible de modifier la recette de base sans en altérer trop le goût. Cela permettra à certaines personnes de consommer ce mets, même si elle ne supporte pas un ingrédient.

Portugal

Aujourd’hui, il est possible de trouver de l’aletria sans gluten. Et la texture est quasiment la même. Pareil pour le sucre, les personnes qui pensent ce dessert calorique peuvent remplacer le sucre par de la stévia. C’est un édulcorant qui a le même pouvoir sucrant, mais qui ne provient pas de la canne à sucre et qui contient beaucoup moins de glucides, et de calories donc. Même le lait peut être remplacé par de l’eau. 1 litre de lait vaut 800 ml d’eau. Par contre, vous perdrez en goût et un sachet de sucre vanillé palliera à cette perte.

En fait, le seul ingrédient que vous ne pourrez pas remplacer, si nous pouvons dire, c’est les œufs. Ce sont eux qui donnent la consistance au mets et qui donnent sa tenue.