​Ville de l’Amour, des Lumières et du Cinéma, Paris est l’une des villes les plus belles, les plus vivantes, les plus romantiques et les plus colorées du monde. Tellement plein de choses à faire et à voir qu’on ne s’ennuie jamais, même après plusieurs voyages. Chaque voyage à Paris est l’occasion de l’admirer sous de nouveaux points de vue et angles, mais aussi l’occasion d’accéder à des lieux inédits et inexplorés. Dans la multitude d’attractions, de monuments, de musées et de quartiers qu’offre Paris, voici quelques suggestions si vous cherchez des lieux insolites, curieux et particuliers à visiter. 

#1 Les 5 statues de la Liberté

S’il est vrai qu​​e la plus grande et la plus célèbre des statues de la liberté est celle de New York, il faut dire que Paris a misé sur la quantité. La ville de Paris abrite 5 répliques de cette célèbre statue. La première maquette de la statue a été construite en 1870 et se situe au niveau du pont de Grenelle, sur l’Île aux Cygnes. Une autre statue de la Liberté de Paris se trouve dans le jardin du Luxembourg. Le musée d’Orsay en abrite une autre. Le Musée des Arts et Métiers abrite deux copies de la statue de la liberté, dont une devant le musée et une autre à l’intérieur.

lieux insolites à Paris

#2 La plus vieille maison de Paris

La maison située rue Volta, dans le 3ème arrondissement, a longtemps détenu le record d’ancienneté et a longtemps été considérée comme la plus ancienne demeure de Paris. Cependant, en 1979, une maison aux allures médiévales a été découverte. Le record de la plus ancienne maison de la ville lumière et donc passée à une construction située au 51, rue de Montmorency. La maison appartenait à Nicolas Flamel, alchimiste présumé et riche écrivain bienveillant, qui décida de construire cette maison pour loger les pauvres et les sans-abri du quartier à condition qu’ils récitent chaque jour un Notre Père et un Ave Maria.

#3 La pagode asiatique du 8ème arrondissement

Nous sommes au 48 rue de Courcelles dans le 8ème arrondissement. Là, en 1925, Chiang Loo acheta un immeuble de style français du 19ème siècle, puis le transforma en pagode trois ans plus tard avec l’aide de l’architecte Fernard Bloch. Ce fut sa galerie et sa maison pendant des décennies. La pagode est tombée en ruine après la mort de Loo, et a été rénovée il y a une dizaine d’années en tant que lieu d’art et d’événements. Actuellement, le bâtiment abrite également un musée dédié à l’art et à la culture orientale, et la bibliothèque privée de M. Loo (plus de 5000 volumes d’art asiatique et de précieux catalogues antiques).

#4 Les arènes de Lutèce

Les arènes de Lutèce, construites au Ier siècle de notre ère, sont un amphithéâtre romain qui comprend d’un côté une scène pour les représentations théâtrales et de l’autre une arène pour les combats de gladiateurs. C’était un type d’amphithéâtre très populaire en Gaule à cette époque. La structure pouvait accueillir jusqu’à dix-sept mille spectateurs. Les arènes de Lutèce représentent aujourd’hui l’un des rares monuments gallo-romains encore visibles dans la capitale française. La scène dédiée aux représentations théâtrales, longue de plus de 40 mètres, occupe la scène principale. Les combats de gladiateurs et d’animaux sauvages se déroulaient sur une piste elliptique centrale entourée d’un mur et surmontée d’un parapet.

#5 La fontaine Médicis

La Fontaine Médicis est une fontaine monumentale qui orne le Jardin du Luxembourg, dans le 6ème arrondissement de Paris. Elle a été construite en 1630 à la demande de Maria de Médicis (fille du grand-duc de Toscane Francesco I et veuve du roi Henri IV de France) pour embellir les jardins de son palais et recréer une partie de sa bien-aimée Florence. La fontaine s’inspire clairement de ce style maniériste italien que Maria de Médicis elle-même avait connu et aimé dans les jardins de Boboli à Florence. La fontaine est située dans l’angle nord-est du Jardin du Luxembourg et se compose d’un long bassin bordé d’arbres.

#6 La plus ancienne horloge publique

L’horloge de la Conciergerie (résidence royale de France devenue pendant la Révolution la prison des condamnés à la guillotine), est la plus ancienne horloge publique de Paris. Elle fut commandée par le roi Charles V vers 1371. En 1572, sa cloche a sonné le début du massacre des Huguenots. L’échafaudage de la longue restauration de la Conciergerie a caché cette merveilleuse œuvre à la vue du touriste pendant des années. Elle est belle non seulement pour les riches décorations aux couleurs or et bleu, mais aussi pour les figures allégoriques de la Loi et de la Justice représentées sur les côtés du grand cadran.

#7 L’immeuble Art Nouveau de l’avenue Rapp

L’immeuble Lavirotte, un immeuble d’appartements situé au 29 avenue Rapp dans le 7ème arrondissement de Paris a été conçu par l’architecte Jules Lavirotte et construit entre 1899 et 1901. Le bâtiment est l’un des exemples les plus connus d’architecture Art nouveau à Paris. Ce bâtiment décalé de sept étages représente une vision très personnelle de la passion entre Adam et Eve, et ce tourment prend forme dans la pierre travaillée en motifs abstraits et symboles figuratifs.

#8 L’atelier des Lumières

Au centre de Paris, l’art prend un charme 3D grâce aux projections multimédia de l’Atelier des Lumières qui, grâce aux 140 vidéoprojecteurs laser, vous feront vous sentir partie prenante des œuvres d’art que vous pourrez admirer de temps à autre dans les couloirs du centre. Marcher sur les œuvres d’art ou les regarder allongées le nez en l’air ? A Paris c’est possible. L’Atelier des Lumières, centre culturel innovant installé dans une ancienne fonderie du 11ème arrondissement propose une manière tout à fait insolite d’admirer les chefs-d’œuvre de grands artistes.

#9 Les fausses façades de la RATP

Êtes-vous déjà passé devant cet immeuble de la rue la Fayette dans le 10ème arrondissement et vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les fenêtres étaient toujours sombres ? La porte est là, et les balcons ressemblent à ceux des voisins, mais ils cachent quelque chose d’inhabituel derrière eux. Il s’avère que la façade n’est qu’une façade sans bâtiment derrière. Le 145 rue la Fayette est un faux immeuble cachant une cheminée de ventilation pour le métro. On retrouve ces fausses façades de la RATP dans tous les quartiers traversés par le métro.

#10 Le mur végétal du musée du quai Branly

Outre son incontestable caractère suggestif, le musée est connu pour le grand mur végétalisé qui recouvre sa façade face à la Seine. C’est une création de l’artiste botaniste Patrick Blanc, célèbre pour ses pelouses verticales qui embellissent, entre autres, le Caixa Forum de Herzog et le Meuron à Madrid. Celui créé pour le musée du Quai Branly à Paris est un mur végétal de 800 m2 avec 15000 plantes de 150 espèces différentes en provenance du Japon, de Chine, d’Europe centrale et des États-Unis.